Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Noétique L'Age de la Connaissance Qu'est-ce que la noétique?
Actions sur le document

Qu'est-ce que la noétique?

Article publié dans le quotidien "La Libre Belgique" le 26 avril 2004.

L'objectif du présent article est de préciser certains aspects d'un domaine d'études en pleine émergence : la Noétique, et ainsi, espérons-le, de susciter des intérêts et des vocations pour ce qui est déjà une des dimensions de demain.

Le mot "noétique"

Le mot dérive de la racine grecque nous qui signifie "connaissance, intelligence, esprit".

Cette racine nous , à la source du mot "noétique", a donné de nombreux autres rejetons comme noosphère (Pierre Teilhard de Chardin) ou noologie (Edgar Morin) ou noèse et noème (Husserl).

Le mot "noetic" est beaucoup plus usité en Anglais qu'en Français ; on connaît par exemple le "Institute of Noetic Sciences" de Sausalito.

Le contenu de la Noétique :

La Noétique, en très bref, est l'étude de la connaissance.

Non seulement au sens de l'épistémologie ou des sciences cognitives, mais, plus généralement, comme l'étude, sous tous leurs aspects, de la production (créativité), de la formulation (sémiologie et métalangages), de la structuration (théorie des systèmes, des paradigmes et des idéologies), de la validation (critères de pertinence, épistémologie) et de la prolifération (processus d'appropriation et de normalisation) des idées, au sens le plus large de ce terme. Elle étudie notamment la dynamique et les cycles de vie des idées et des théories.

Le champ est vaste. Presque tout y est encore à défricher. Les méthodologies restent souvent à inventer. Les concepts eux-mêmes, si l'on veut éviter barbarismes et néologismes jargonneux, doivent souvent être reformulés avec soin.

Historiquement, on peut dire que le développement récent de la Noétique est enfant de la révolution informatique qui, en provoquant le traitement, l'échange et le stockage de quantités immenses d'informations (donc d'éléments de connaissance), a rendu indispensable une réflexion de fond sur la nature, la structure et les procédures de la connaissance en général.

Mais la Noétique est plus qu'un champ d'études et de recherches. Elle est aussi au cœur des chavirements de notre époque …

Une révolution noétique ?

Cette même révolution informatique, avec, pour parangon actuel, le phénomène Internet, a également enclenché une révolution de fond, paradigmatique (au sens de Kuhn) : nous passons de l'âge "moderne" à l'âge post-moderne, de la société des objets et de la consommation à la société de la connaissance et de l'information, d'une économie industrielle à une économie immatérielle, d'un pouvoir de l'argent à un pouvoir du talent, d'une vision mécaniste et réductrice du monde à une vision organique et holistique du monde.

C'est cela que j'appelle la "révolution noétique".

Elle avait été prédite par Henri Bergson, Albert Einstein, Werner Heisenberg, etc … et elle a déjà été décrite par Edgar Morin, Ilya Prigogine, Trinh Xuan Thuan, Ervin Laszlo, Hubert Reeves, Jacques Lesourne, Henri Atlan, Fritjof Capra, James Lovelock, Rupert Sheldrake et bien d'autres …

Que s'est-il donc passé ?

Rien de plus que la réalisation de la prédiction de Pierre Teilhard de Chardin quant à l'émergence, au départ de la sociosphère humaine, d'une nouvelle "couche" sur l'oignon terrestre  : une couche abstraite faite de connaissances autonomes, intégrées au sein de réseaux infinis. Cette couche, Teilhard l'appela la "noosphère".

C'est la révolution informatique qui a permis l'accélération contemporaine de cette émergence noosphérique.

L'homme, après s'être libéré des dangers de la Nature sauvage, se libère, aujourd'hui, peu à peu, de l'emprise de la Machine (emblème et modèle mécanistes de la Modernité) et de l'Objet (emblème de la société mercantile de la consommation) pour entrer dans l'ère de la connaissance et de la pensée créative.

Cette libération n'est pas neutre quant aux comportements …

Une culture noétique ?

Cette révolution noétique induit déjà des changements comportementaux et sociaux fondamentaux. C'est ce que les sociologues américains Paul Ray et Sherry Anderson ont appelé : "L'émergence des créatifs culturels" (Ed. Yves Michel – 2001).

En deux mots, hors de la bipolarité classique entre "modernistes" (tenants du progrès technologique, de la consommation effrénée et de l'euphorie hédoniste) et "traditionalistes" (tenants du "bon vieux temps" et de toutes les nostalgies morales, idéologiques, positivistes et religieuses), les enquêtes menées montrent la montée d'une troisième force (qui représente entre 25 et 30% des populations adultes aux USA et en Europe).

Cette troisième force, les créatifs culturels, déploie une conception du monde et de la vie qui, probablement, deviendra bientôt dominante.

On y trouve les valeurs principales suivantes : autonomie sociale, respect actif de la nature, spiritualité libre, accomplissement de soi, défiance politique (leur devise serait : ni à gauche, ni à droite, mais en avant !), multi-activités et multi-appartenances, nomadismes, solidarités sélectives, désurbanisation, médecines douces et diététiques étudiées, réhabilitation du corps, réactivation du cerveau droit en plus du cerveau gauche, etc …

Pour conclure

Une idée centrale : la Noétique est le domaine de la Connaissance et des transformations intellectuelles, sociales et spirituelles qui l'accompagnent.

De la connaissance au sens vaste, fluent et dynamique de ce terme.

De la connaissance au sens de quête millénaire qui s'accélère, où le cerveau de l'homme part à la rencontre de tous ses propres mystères et de ceux du cosmos.

De cette connaissance profonde et féconde qui allie recherche scientifique, création artistique et démarche spirituelle.

De cette connaissance qui induit un regard prospectif sur l'humanité, son sens et son devenir.

Noétiquement vôtre !
Marc Halévy-van Keymeulen


Contenus correlés